• Epilogue

    L'affaire a fait la Une des journaux. Tout comme elle a choqué toute la ville, et même au-delà, je crois. Il y a de quoi en même temps, une jeune fille qui se suicide alors qu'en apparence, elle n'avait rien d'extraordinaire, c'est la recette pour surprendre un maximum de gens, même si ce n'était pas le but de cet acte irréversible. Un acte, qui n'a pas été sans conséquence.

    Tout le monde s'est rendu compte de nos problèmes, qui se sont accentués. Mon père a reproché à ma mère d'avoir été incapable de s'occuper de moi. Il lui fallait un coupable. Et ce coupable était ma mère. Cette dernière n'a jamais rien répliqué. Elle ne parle plus d'ailleurs. Elle s'est enfoncée dans un profond mutisme, traumatisée d'avoir vu sa propre fille se tuer devant ses yeux. Elle n'a même pas été là pour mon enterrement. Mon père non plus d'ailleurs, trop occupé avec sa pétasse blonde.

    Mon prof de français, M. Torwell, était là, par contre. Comme d'autres professeurs. Ainsi que certains élèves. La psychologue scolaire aussi. Et des membres de la famille dont j'ai oublié jusqu'à leur existence. Ils sont venus me rendre un dernier hommage, même s'ils ne trouveront jamais la réponse à ma mort. Ils chercheront toujours la cause, sans jamais la trouver. Ils auront des hypothèses. Certains pensent que je ne pouvais plus supporter le point qu'était la dépression de ma mère, d'autres supposent que c'est ma folie qui m'a conduit à me planter un couteau dans le coeur. Mais jamais aucune certitude.

    Comment expliquer quelque chose qui ne s'explique pas ? Moi même je ne connais pas la réponse. Je pensais aimer mon Ange blond, mais il n'était que le fruit de mon imagination. Un signe de ma mort prochaine. Comme si mon subconscient me prévenait que j'allais bientôt m'ôter moi-même la vie. Je cherche une réponse. J'ai du mal à me souvenir de ce qui s'est passé exactement ce soir-là, lors du crépuscule. C'était comme si mon corps ne m'appartenait plus. Comme si quelqu'un d'autre le dirigeait à ma place. Mais du coup, je suis dans le même cas que ces personnes qui s'interrogent.

    Alors, j'essaie de me souvenir. De me remémorer chaque moment, chaque mois, chaque semaines, chaque jours, chaque heures, chaque minutes, chaque secondes qui m'a conduit jusqu'à la mort. Sans trouver de réponse.

    Je sais juste que j'avais l'impression de mener une vie de rêve auprès de cet Ange blond. Il m'apportait joie et réconfort lorsque je n'allais pas bien. Mais ce rêve n'était qu'une illusion. Car ma vie était chaotique. Et j'essayais de me consoler comme je pouvais, en m'inventant un individu qui n'existait pas. Je voulais que ce rêve dure, et ne cesse jamais. Mon Ange blond n'était que le reflet de ce désir qui me semblait pourtant si inaccessible.

    Mais aujourd'hui, je me rends compte que j'ai fait une énorme erreur. Mais je ne peux plus revenir en arrière. Je ne cesse de me souvenir, tout en me demandant comment aurait été ma vie si je n'avais pas céder à la facilité...

    Mais je ne saurai jamais.

     

     

    ----------------------------------------------------------------------------------------------Estelle, Août 2010


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :