• De la Terre au Ciel (9)

    Bonjour Evie...

    Je ne sais pas si j'ai raison d'écrire dans ton journal... Ni même de l'avoir lu d'ailleurs. C'est ta mère qui me l'a donné. Enfin, prêté plutôt. Je voulais en savoir plus sur toi... Te connaître mieux... Pourquoi ? Parce que c'est la question que tu dois certainement te poser en voyant ça... Et bien... Ce que tu ne sais pas, c'est que j'étais malade. Je n'ai pas retenu le nom, ce n'est pas important. Connaître un pauvre nom ne change pas grand chose en soi... Enfin bref, pour tout te dire, je commençais à faiblir ces derniers temps et... Et le médecin a dit qu'il me faudrait une greffe, une greffe de coeur. Enfin, ce n'était pas nouveau, mais cela devenait urgent. Mais un coeur, cela ne court pas les rues... Et puis un jour, ils ont appelé ma mère pour dire qu'il en avait trouvé un. Et je me suis retrouvée à l'hôpital en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Et bizarrement, plus tard, on a appris ta mort, à toi. Et lorsque ma mère est allée parler avec la tienne, elle lui a dit qu'elle avait donné l'autorisation au médecin de prélever tes organes.Cela a été très dur pour elle, parce que c'était admettre que tu es partie et que tu ne reviendras pas, mais dans un sens, elle était persuadée que c'est que tu aurais voulu... Il est vrai quand lisant ton journal, j'ai découvert quelqu'un de très gentil et de généreux, toujours là pour ses proches... Et j'aime à penser que ce coeur que l'on m'a donné et qui me permettra de vivre pendant encore longtemps, du moins je l'espère, était le tien. Mais dans un sens, cela me désole. Parce que je me rends compte aujourd'hui à quel point j'ai été méchante avec toi, alors qu'il est vrai que tu ne m'avais rien fait. Quand j'ai lu ton journal, j'ai regretté de ne t'avoir pas plus connu. Tu avais l'air d'être une chouette fille, malgré tes allures de gamine tout droit sortie de la campagne. Cela m'apprendra, à donner des étiquettes aux gens sur leur tête. Et je te demande pardon pour ce que je t'ai dit, tu ne le méritais pas. Je me doute qu'il est un peu tard pour des excuses mais bon... Mieux vaut tard que jamais, non ? J'ai conscience de t'avoir rendu la vie impossible au lycée, et je m'en veux. A la limite, c'est moi qui devrait être entre quatre planches et toi en vie. Mais la vie est ainsi... Peut-être que tu me donnes une chance de m'améliorer ? Qu'en me permettant de continuer à vivre, tu m'offres l'occasion d'être quelqu'un de meilleur... Je ne le saurais sans doute jamais. Mais si c'est bien ton coeur que l'on m'a donné, je me dois de l'honorer. Je vais changer, pour, ne serait-ce, arriver à ta cheville. Continuer en restant toujours la même, ce serait comme salir ta mémoire. J'espère être à la hauteur...

    Je ne sais pas quoi dire d'autre... Cela fait plus d'un mois que tu n'es plus parmi nous maintenant... Moi, j'ai des hauts et des bas, c'est pour ça que je suis toujours à l'hôpital, mais les médecins pensent que je vais m'en sortir. Au fait, ton amie, Vanessa je crois, elle sort avec Kylian. C'est lui qui me l'a dit l'autre jour quand il est venu me voir. Je pense que cela te fera plaisir de le savoir.

    Je pense que je vais m'arrêter là. Je te souhaite un joyeux Noël, même si maintenant, cela ne doit plus te faire grand chose.

    Pardonne moi.

    Adieu, repose en paix où que tu sois. J'espère que tu es heureuse.

    Céleste.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :